Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 18:00

 

De sa lourde main, l’officier appliqua le sceau sur l’arrêt, qui était le dernier. Jamais plus, en cette salle du palais vieux, un tel geste ne serait reproduit et jamais plus la cité comtale, de ce jour, n’aurait ce pouvoir fiscal. Peut-être l’officier resta-t-il un peu plus longtemps que d’habitude, cependant que sur la cire rouge étaient imprimées les armes du roi. Montferrand, bientôt, perdrait son honneur et verrait se rapprocher d’elle la sœur intime et l’évêque clermontois.

L’arrêt portait règlement, selon la formule, pour la perception des droits relatifs aux sels. Un sieur en faisait commerce sans s’acquitter des taxes, fraudant pour ainsi dire, lésant le roi par ces agissements, et pour ce il n’avait exprimé aucun repentir. Le fermier général était le plaignant et l’officier savait, pour s’être entretenu avec lui auparavant, que la sanction annoncée le contenterait assurément.

L'arrêt de la cour
L'arrêt de la cour

 

Du nord, on attendait avec imminence la signature de l’édit par l’auguste main. L’huissier, qui avait acheté sa charge, espérait qu’il exercerait encore en l’autre cité. Tout cela était encore fort obscur, et rien n’était à cette heure mois urgent que l’adieu qui s’annonçait. L’après-midi était belle, et l’officier laissa là les quelques feuilles et avis. Une chaude mélancolie le prit qui le décida à rentrer chez lui.

L'arrêt de la cour
L'arrêt de la cour

 

Depuis que les rumeurs avaient fait irruption en les rues de la ville, l’officier dénotait une grande agitation. Autour du bailli, nombreux étaient ceux qui s’étaient établis et avaient, depuis lors, prospéré. Des nobles et des magistrats, des marchands aussi, tous avaient bâti leurs hôtels en bois élégants et pierres de nuit. Les rivalités éclataient en détails discrets et particularités comme des trouvailles.

L'arrêt de la cour
L'arrêt de la cour

 

Les sourires et les politesses demeuraient sur les visages et dans les attitudes. Toutefois, l’inquiétude gagnait les cœurs : sans son privilège, la ville allait plonger dans les abîmes de la médiocrité, marquant comme au fer rouge les habitants sans considération de leurs qualités. Les avis étaient unanimes : Montferrand ne méritait pas ce traitement.

L'arrêt de la cour
L'arrêt de la cour

 

Circonvenant à son habitude, l’huissier se permit un détour. Soudain il voulait se souvenir et, aussi, ne pas croiser ceux qui partageaient son sort. Digne, ainsi qu’il l’avait été depuis plus de vingt ans, il promenait sa silhouette triste entre sur les pavés qui le faisaient trébucher, s’arrêtant un instant sous le porche de l’église et songeant à la vie qu’il avait eu ici.

L'arrêt de la cour
L'arrêt de la cour

 

Et ainsi le roi qui avait présidé à la naissance de la cité s’apprêtait à lui donner la mort. De grâce, il ne faudrait en attendre aucune et la condamnation sonnait claire dans l’air de la nuit qui venait. La ville, si vive en cet automne, se préparait à dormir et à subir un hiver comme jamais elle n’en connut. Quant à l’huissier, dont les pas claquaient ordinairement au petit matin, sans un bruit, il disparut.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LM Voyager
  • : Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
  • Contact

Recherche

Liens