Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2017 3 13 /12 /décembre /2017 19:00

La vieille Léone l'avait vu détaler à toutes jambes en direction de la tour. Elle n'avait même pas eu le temps de lui demander si la bataille était terminée, si Nonza avait été livrée. Tête basse, elle rentra dans sa maison, apeurée par tous les coups de canons qui avaient retenti dans la matinée. D'ailleurs, elle ne savait pas encore que l'un de ces boulets de métal avait heurté la maison de son neveu, brisant net la charpente et tuant, sur son passage, toute la maisonnée.

L'homme que Léone avait vu courir s'appelait Jacques. Brun et trapu, on le disait rieur et gouailleur avant la guerre. Mais les choses avaient changé. Jacques avait choisi son camp : celui des paolistes. Ces irréductibles guerriers faisaient le coup de force et avaient engagé le bras de fer contre les Français, faisant de leur cap Corse la pointe acérée de leur résistance, l'estoc de l'épée de leur indépendance. Et maintenant Jacques s'enfuyait pour échapper à ces diables de Français.

Un pour tous
Un pour tous

Mais Jacques ne s'enfuyait pas. En réalité, il cherchait à gagner la tour qui domine la mer, cette immensité bleue qui avait, des siècles durant, réussi à préserver leur liberté aux Corses. Aujourd'hui, le danger était venu par elle, signe que, dans une guerre, il faut de méfier de tout homme et de toute chose. Les Français avaient bombardé Nonza, les Français, venus de Bastia, joints par des compatriotes de Saint-Florent, avaient arrêté trois cents combattants. Trois cents sauf un, qui avait réussi à gagner la tour.

Un pour tous
Un pour tous

Parvenu au sommet, Jacques s'écroula sur le plancher. Adossé au muret, il sortit de sa sacoche un bout de fromage de chèvre et une gourde d'eau, que respectivement il dévora et but avidement. Puis il se mit au travail. En contrebas, les vieilles gens du village commentaient avec inquiétude l'arrivée d'une colonne de pointus, qui bientôt campa devant le village. Ils exigeaient la reddition. Pour toute réponse, Jacques hurla un ordre : Feu à volonté. Et une première salve partit.

Un pour tous
Un pour tous

Des heures durant, il fut l'armée corse à lui seul. La prévoyance et son ingéniosité étaient ses premiers atouts. En effet, il y avait, dans la tour, une réserve d'armes pour d'éventuels assiégés. Et ces fusils, Jacques les avait assemblés à l'aide de ficelles dont on se servait usuellement pour attacher deux bouts de bois ensemble. Le système, tout à la fois brillant et d'une simplicité désarmante, constituait un rempart de feu qu'affrontaient désormais de jeunes conscrits du continent.

Un pour tous
Un pour tous

Jacques, dans sa tour, ne chômait pas. Tirant une à une les ficelles, il se dépêchait de recharger lorsque l'une d'elles était vide. Courbé ou bien rampant, il s'égosillait à crier des ordres à des compagnons imaginaires, jouant la comédie quand, parfois, il retardait son tir exprès, comme si le bruit du feu empêchait que, là-haut, on puisse se comprendre. Tandis que l'après-midi touchait à sa fin, Jacques trébucha sur un pavé mal enfoncé. Il continua de déclencher le feu tout en bandant sa cheville endolorie.

Un pour tous
Un pour tous

En contrebas, les Français étaient de plus en plus interloqués. Croyant avoir refroidi les ardeurs belliqueuses de ces insulaires enragés, ils subissaient les tirs et comptaient même quelques pertes. Cependant, diplomates aguerris, ils exigèrent à nouveau la reddition de ces hommes valeureux. Leur capitaine, un certain Jacques, exigea à son tour les honneurs et de conserver ses armes. Condition acceptée : la troupe continentale vit alors sortir de la tour ledit Jacques, s'appuyant sur un bâton de fortune. Soulagés mais incrédules, elle entendit soudain les acclamations de villageois invisibles pour ce jeune paoliste dont la renommée était maintenant assurée.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LM Voyager
  • : Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
  • Contact

Recherche

Liens