Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 18:00

Le pied avait pris une étrange teinte violacée. Le gros orteil était même devenu noir, mais Victor ne ressentait aucune douleur. Elle était peut-être là, la guérison qu’il espérait. Drôle de guérison, tout de même ; un pied pourri, le droit, et tout le bas de la jambe qui semblait prendre le même chemin. En plus de cela, Victor subissait chaque soir, juste après le souper, des fièvres terribles qui l’assommaient et desquelles il se réveillait seulement le lendemain.

Cependant, il restait une étape. Il fallait à Victor rentrer à la maison. Il fallait terminer le pèlerinage. Certes, Victor en était à sa neuvième semaine, alors que le tour aurait dû lui prendre un mois. Mais son mal, et tout ce que cela engendrait, l’avait ralenti. Il était arrivé à Dol la veille. Il lui fallait repartir le lendemain. En attendant, il était midi, il faisait chaud et il faisait faim et sur les marches de Saint-Samson, Victor respirait péniblement.

La dernière étape
La dernière étape

Une heure passa ainsi. Le soleil brûlait le visage de Victor, qui esquissait de temps à autre un geste du bras pour se protéger. Un homme vint s’asseoir à côté de Victor : c’était un mendiant. Il avait visiblement suscité plus de compassion que Victor, puisque son obole était pleine et qu’il avait même deux pains et une galette dans les bras. Sans mot dire, il offrit un pain à Victor. Celui-ci s’était redressé à l’approche du mendiant et, maintenant, il recevait dans ses mains l’aumône d’un homme qui ne possédait rien.

La dernière étape
La dernière étape

Victor mangea de bon appétit. Du charitable mendiant, il se sentit redevable alors il lui conta son parcours. Il était parti de Saint-Malo pour le Tro Breiz, le tour des cathédrales de Bretagne. La raison, la voici : un an auparavant, une charrette lui avait roulé sur le pied et avait brisé plusieurs os. On l’avait soigné, mais mal. Les douleurs devenaient intolérables, alors, en signe de courage et de ferveur, il avait commencé le tour. Il espérait une guérison. Espoir fou pour un fou de douleur.

La dernière étape
La dernière étape

De Saint-Malo, sa cité d’origine, il avait rejoint Saint-Brieuc puis Tréguier, Saint-Pol puis Quimper, Vannes et maintenant Dol. Saint-Vincent, Saint-Etienne, Saint-Tugdual, Saint-Paul-Aurélien, Saint-Corentin, Saint-Pierre et le voilà maintenant sur les marches de Saint-Samson. Au commencement, il avait cru que le miracle s’accomplissait. Il avalait les lieues, dédaignait les auberges le soir venu pour continuer encore un peu sa route. A Tréguier, son pied et sa jambe le firent à nouveau souffrir. Cela ne pouvait pas étonner dans un pays de calvaires.

La dernière étape
La dernière étape

Il avait dû s’arrêter plusieurs fois, un jour entier, dans les halliers sombres de la province. Il s’asseyait alors, buvait un peu d’eau fraîche puis parcourait son corps martyrisé avec ses mains ignorantes, tâtonnant pour trouver la source du mal dans le dessein de la tarir. Dans les auberges, il avait eu la chance de croiser quelques guérisseurs qui avaient appliqué des onguents. La nuit, dormant plus souvent dans des carnichots que dans des lits chauds, il effrayait les enfants des alentours par ses longs cris.

La dernière étape
La dernière étape

Le mendiant demanda si Victor pourrait faire la dernière étape. Il lui dit qu’il pourrait rester à Dol, que de bonnes âmes, ici, guérissaient les misérables, et que l’aumône, comme il avait pu le voir, était souvent généreuse. A l’abri de Saint-Samson, cette forteresse divine, on se sentait en sécurité. Victor sourit puis, dans un souffle, déclina l’offre. Il repartirait le lendemain. Il n’avait plus qu’une étape à accomplir.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LM Voyager
  • : Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
  • Contact

Recherche

Liens