Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 20:50

Tout cela était venu du pays de la Châtaigneraie. Les hommes de ce pays s’étaient révoltés, une quinzaine d’années auparavant, et c’est pour cela que Colombano écoutait la pluie envahir son château. Comme un feu, la révolte avait gagné les forêts et les vallées. Une à une, elle les avait conquises. C’est pour cela que Colombano souriait maintenant aux pierres et aux pièces retrouvées. L’émotion avait grignoté jusqu’au moindre vallon. Même Rogliano, perché tout là-haut, n’y avait pas échappé.

Tout cela était survenu lorsque Colombano était enfant. Ainsi, il avait perdu son château avant de perdre son père. Ou ces événements avaient-ils été concomitants ? La perte de la forteresse n’avait-elle pas signifié celle du père, cet homme jadis vaillant, devenu sombre, puis ombre ? Certaines nuits, Colombano voyait dans ses songes les visages des paysans ; leur colère, leur folie, leur audace. Caractères inconnus chez ces hommes de la terre, caractères ravalés, d’ordinaire. La faim fait faire de ces choses.

Extinction des feux
Extinction des feux

La misère, la maladie, la famine ; telles des harpies, ces déesses noires étaient entrées dans les maisons des paysans. Sans politesse, elles avaient pris place dans les foyers, excitant, désespérant, provoquant ceux qu’elles tenaient. Seule la maladie avait eu l’audace d’aller se chauffer à l’âtre des seigneurs. Colombano avait sept ou huit ans. Un oncle et une tante, et une servante, dont il ne se rappelait pas les noms, avaient eux aussi disparu. C’est le feu qui apporterait la guérison.

Extinction des feux
Extinction des feux

Le feu consume les huttes fragiles ; il éteint la maladie en même temps qu’il carbonise les corps. Et, même, il solidifie ceux qui y survivent. Le mal se présente sous de multiples formes et, par conséquent, a plusieurs origines. Pour combattre les maux, il fallait enflammer la région, et l’île entière succomba. C’est pour cela que Colombano tâchait désormais de reprendre pied dans son château. Il avait vingt ans, et retrouvait son foyer. Dans la cheminée, le bois arderait bientôt de nouveau.

Extinction des feux

Tendait-il l’oreille, Colombano croyait entendre dans les montagnes du Cap Corse les rumeurs de la colère primitive. Colère aveugle, comme un feu qui ravage tout, fureur des hommes du peuple qui avaient abattu les portes du castel, et les rares hommes de la garnison, et avaient laissé le père de Colombano, leur seigneur, en vie, au prix d’une humiliation. Un autre maître était arrivé, sans visage et sans corps, ou presque, car le gardien qui occupait les lieux n’était que l’émanation ridicule d’un pouvoir fort, multiple par les visages qui l’incarnaient, et qui regardait le Cap à l’abri, de l’autre côté de la mer.

Extinction des feux
Extinction des feux

Les années avaient passé ; la pluie, le temps et parfois la mort avaient mis sur le cœur des hommes un éteignoir pour étouffer leurs ardeurs. Le gardien, l’homme de main, le fantoche n’avait plus eu de nouvelles de la République qui s’était dite mère de la Corse. Colombano, alors, était revenu, à la faveur de la mort, physique celle-là, de son père. Une poignée de livres, en métaux et dans une bourse, avait décidé du sort de Rogliano. C’est pour cela que Colombano réparait maintenant les dégâts qu’avait causé l’inaction.

Extinction des feux
Extinction des feux

Des nouvelles parvenaient aux oreilles du seigneur retrouvé. Une attaque était prévisible. Les luttes éternelles reprenaient. Vallée après vallée, il faudrait défendre les accords passés, les frontières centenaires. Du château qui dominait le Cap, Colombano voyait maintenant venir. Il voyait les hameaux toujours paisibles, et même la côte encore tranquille. Faisant lui-même silence, Colombano entendait cependant les secrets des hommes. Le feu allait reprendre ; la pluie ne suffirait sûrement pas à l’éteindre.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LM Voyager
  • : Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
  • Contact

Recherche

Liens