Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2020 5 24 /01 /janvier /2020 19:00

Donnons ici description de la joyeuse entrée du roi Henri le deuxième en sa bonne ville de Rouen, et des esbatements que celui-ci y trouva, et spécialement de la présentation des indigènes d’Amérique dont la vue et l’entrain firent forte impression sur ceux et celles qui étaient présents. Voulons esbaudir le lecteur comme nous fûmes esbaudis, et le sommes encore, car oncques on ne vit pareille monstration.

L’an 1550 vint notre seigneur Henri en l’antique duché de Normandie. Il était accompagné de nombreux gentilshommes, tous parés et apprêtés, et montés sur chevaux de telle façon harnachés que le peuple voulait se presser pour les adorer. L’on vit qui précédaient le roi les archers et autres hommes en armes, aux épées resplendissantes et aux casques fort brillants, et la ville qui en corporation se déplaçait. La rue où défilaient ces gens fut bientôt comblée. Nulle part ni homme ni femme n’aurait su passer.

Joyeuse exhibition
Joyeuse exhibition

Après que la soldatesque eut ouvert la voie la suivirent courtiers et marchands, et puis officiers et sergents, puis conseillers de la ville et seigneurs du Parlement. Les habitants eurent grande joie de voir robes de taffetas, bottines de maroquins ou de velours, bonnet de plumes noires et autres pièces de satin blanc qui habillaient tous les courtisans. Après tels émerveillements arriva le roi auquel le peuple adressa de vives acclamations.

Joyeuse exhibition
Joyeuse exhibition

Pendant que les spectateurs devisaient entre eux ou s’exclamaient seuls de la splendeur de la parade royale, il fut présenté au roi divers tableaux et saynètes qui l’étonnèrent fort, dont une qui lui fit arrêter son cheval et ceux de sa troupe. Il avait vu avec grand plaisir les vertus de courage, de renommée et de religion, mais il en eut encore plus lorsqu’il parvint devant les hommes d’Amérique, qui étaient trois cents, dont cinquante étaient nés et avaient famille au Brésil. Quant aux autres, ils étaient marchands ou marins de leur état et habitués par leur voyage à vivre parmi ces peuplades.

Joyeuse exhibition
Joyeuse exhibition

Tout le long de la Seine, on pouvait voir des hommes nus, nullement étranglés par la honte, mais, au contraire, agissant comme nous le faisons avec chausses et habits. Tous allaient et venaient dans une activité extraordinaire qui fit se taire notre seigneur et ses gens. Les uns tiraient les oiseaux avec des flèches, les autres grimpaient aux arbres pour y chasser des singes qu’on avait fait venir expressément, d’autres encore dormaient dans des nattes ou bien dressaient une palissade au moyen de bois qu’ils avaient coupé dans une futaie.

Joyeuse exhibition
Joyeuse exhibition

Ces hommes avaient les lèvres et les joues et les oreilles percées, et ils parlaient une langue qu’on ne comprenait point, et l’un des leurs, s’étant avancé devers le roi, lui traduisait leurs propos. Au pied de leurs maisons étaient amassés des fruits de toutes les couleurs, dont on porta quelques exemples à la bouche du roi, et entre les arbres volaient des oiseaux pareillement colorés que l’un des marins, habitué à leur commerce, appelait perroquet. On s’esbaudissait de ce spectacle quand une grande clameur nous parvint, car une bataille commençait.

Joyeuse exhibition
Joyeuse exhibition

Deux clans d’hommes portant masses et arcs se ruèrent furieusement sur un champ laissé libre, et se portèrent moult coups, tant que l’un des clans prit bientôt la fuite. Aussitôt les vainqueurs brûlèrent les maisons des vaincus, et le peuple présent autour du roi applaudit vivement la loi de ces hommes simples, dont on reconnut qu’elle était juste. S’ensuivit que le roi dut partir, car d’autres monstrations, dont une naumachie, devaient lui être présentés. De toute cette journée le roi fut fort content, et le peuple aussi, ce qui ne doit pas nous étonner : car, lorsque la tête est heureuse, le corps l’est aussi, et ainsi en est-il du royaume.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LM Voyager
  • : Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
  • Contact

Recherche

Liens