Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 18:00

Mon père m’avait prévenu qu’à Bourges, je croiserais l’homme le plus riche du royaume. D’ailleurs, c’est auprès de lui qu’il m’avait envoyé, pour le représenter, car il souhaitait autant me récompenser qu’offrir un modèle à ma jeune et féroce ambition. A vingt ans, j’avais déjà garanti pour mon père de nombreux contrats avec les cités italiennes. J’arrivai dans l’ancienne capitale, l’œil aiguisé et l’esprit avide.

A Bourges, je logeai chez un ami de mon père, dans une maison bourgeoise qui me fit mauvaise impression. Les affaires de cet ami périclitaient, et j’appris plus tard que la cause de cette déchéance résidait précisément dans les succès de cet homme richissime auprès duquel j’allais représenter mon père. La maison de l’ami était vide, et même son sourire, lorsqu’il m’accueillit, était triste. Je pris prétexte de vouloir découvrir la ville pour m’enfuir.

L’or en pierre
L’or en pierre

La maison, ou plutôt le palais, de l’homme le plus riche du royaume était encore en construction. La façade était, pour ainsi dire, invisible, car une armée d’ouvriers, artisans et manœuvres s’y affairaient. En prêtant l’oreille, j’entendis des sonorités provençales qui me rappelaient mon enfance, et même quelques parlers italiens que j’avais maniés lors de ma récente expérience. Plein d’assurance, j’entrai et demandai à ce qu’on m’annonçât. On me conduisit alors dans une antichambre où deux hommes attendaient déjà.

L’or en pierre
L’or en pierre

En les toisant, j’étais convaincu que j’allais faire bonne impression. Mes habits de brocart tranchaient franchement avec la pauvreté des tissus qu’ils osaient porter. La soie de mes bas provenait d’Orient, où mon père avait envoyé un navire l’an passé. Ma visite était attendue, aussi je n’eus pas à attendre longtemps. Le maître des lieux apparut bientôt et, ouvrant les bras, il me souhaita la bienvenue. Son sourire disait sa bonhomie mais ses yeux trahissaient son appétit.

L’or en pierre
L’or en pierre

Ses premières paroles, je ne les entendis pas. Il s’agissait probablement des politesses d’usage, auxquelles mes hochements de tête semblaient apporter une réponse parfaite. En vérité, je découvrais avec stupeur les intérieurs de ce palais grandiose. Chaque pièce était merveilleusement décorée, meublée, peinte et tapissée ; des objets de toutes origines s’y trouvaient. C’était ses voyages, et c’était ses conquêtes. Il avait rassemblé le monde ici.

L’or en pierre
L’or en pierre

Je perçus alors la réalité de notre relation future. Il serait le prince et je serais l'ambassadeur. Je le regarderais, étendant la main et la voix sur une cour nombreuse dans laquelle je ne serais qu’un observateur. Il vit mon émoi. Se tournant vers moi, il se mit à sourire et, tel un père, empoigna solidement mes deux épaules avec ses mains. Toutes ces richesses m’étaient accessibles, me confia-t-il, aux seules conditions d’un travail acharné, d’un peu de chance et d’une aisance de diplomate. Il fallait aussi savoir perdre, parfois. Lui le savait.

L’or en pierre
L’or en pierre

Il se mit à me conter ses innombrables réussites, et à nommer toutes les terres et toutes les cités où son nom était vénéré. Le roi lui-même lui devait beaucoup, car il avait permis, par ses finances, la reconquête des duchés autrefois perdus. Il ajouta que ma Provence lui était presque acquise, hormis mon père qui continuait de lui résister. Devenu proie, j’étais aux abois, car j’avais compris que, me tenant, il me montrerait la vraie grandeur, celle que mon père n’avait su atteindre. Mais il me fascinait, et ses promesses me stupéfiaient davantage que ses menaces à demi-mot prononcées.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LM Voyager
  • : Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
  • Contact

Recherche

Liens