Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 15:30

La semaine précédente, Ricardo en plaisantait encore. Il passait alors la soirée dans une jolie mais modeste villa qu’un couple petit-bourgeois avait fait construire à quelques rues du front de mer. La fille des propriétaires avait à peine vingt ans. Elle n’avait d’yeux que pour Ricardo et lui demandait quand est-ce qu’il pensait terminer son article. Ricardo avait répondu en riant qu’il avait bien encore le temps. Ce n’était plus tout à fait vrai.

La jeune femme avait ri, elle aussi. Les mots d’esprit du journaliste devaient sans doute lui plaire. A moins qu’elle ne fût sous le charme de ce sourire plein et éclatant, ou encore de cet accent brésilien que Ricardo, pourtant vrai francophone, n’avait jamais chercher à corriger. Aujourd'hui, Ricardo ne riait plus. La feuille blanche devant lui semblait le narguer. Son rédacteur en chef venait de l’appeler. L’article devait être imprimé pour le lendemain.

Plus riche que prévu
Plus riche que prévu

Royan, 29 septembre 1956. La feuille n’était plus vierge. Ricardo avait été envoyé par son journal pour montrer comment les architectes brésiliens avaient influencé la reconstruction d’une ville française. Au Brésil, on avait construit une capitale. Ici, on redonnait vie à un port détruit par les bombes. Le Nouveau Monde, à un niveau encore modeste, montrait la voie à l’Ancien. Les lecteurs épris de culture de Rio, de São Paulo ou de Brasília en seraient fiers.

Plus riche que prévu
Plus riche que prévu

Deux semaines plus tôt, alors que le vol Air France Rio-Paris atterrissait, Ricardo finissait d’écrire ce qu’il pensait être la trame finale de son article. Il avait même confié à une hôtesse que le rédacteur en chef lui payait deux semaines de pension sur la côte charentaise dans le seul but de prendre quelques photographies. Son plan était limpide : la ville avait été entièrement rasée durant la guerre. En lisant une revue, l’architecte chargé de la reconstruction avait été surpris par l’audace dont on faisait preuve au milieu de la forêt amazonienne. Il avait mis en œuvre les préceptes de Niemeyer et de Costa. Le Brésil était devenu une puissance culturelle.

Plus riche que prévu

Quelques encadrés dans l’article auraient mis en valeur les principales réalisations, en insistant sur ce qu’elles devaient à leurs modèles brésiliens. Ricardo avait prévu d’évoquer le marché central, dont on terminait la construction, ainsi que le front de mer qui épousait doucereusement, par ses courbes, les côtes déchiquetées du littoral. L’église Notre-Dame avait aussi vivement impressionné Ricardo ; elle manquait de rondeurs, certes, et sa stature élancée rappelait sans conteste les hautes cathédrales du nord. Tout de même, c’était une réalisation exaltante qui prouvait que les techniques les plus modernes savaient fort bien servir la religiosité.

Plus riche que prévu
Plus riche que prévu

Seulement, à chaque fois que Ricardo prenait le stylo, cette vision de l'architecture comme art non plus tellement contraignant mais devenu, par la finesse de la technique, organique, relié à la nature, rencontrait un roc. Ce roc avait de multiples visages. Aucun d’entre eux n’était vraiment inconnu du journaliste. Ces visages, ils les avait rencontrés lors de promenades sur la plage, lors de cocktails, lors de dîners au restaurant. Ils lui avaient tous rappelé qu’à l’origine de cet art, il y avait eu la destruction.

Plus riche que prévu
Plus riche que prévu

Destruction, reconstruction : entre les deux mots, le flou. Les visages avaient raconté les logements insalubres, les cabanes de bois, le décalage éloquent entre ce qu’ils vivaient et ce que les autorités publiques promettaient, annonçaient, claironnaient. Dans ce domaine aussi, la France avait aussi pris le Brésil pour modèle. Cependant, le rédacteur en chef n’attendait pas ces maux. Ricardo se résolut à conter la gloire. « Royan, 29 septembre 1956. Si notre pays fait désormais partie des grands de ce monde, il le doit à l’architecture ». Les visages scrutaient Ricardo.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LM Voyager
  • : Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
  • Contact

Recherche

Liens