Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 20:28

Posée face à la mer, elle respire les embruns et les rêves. En elle s’animent les uns et les autres ; d’aucuns cèdent aux atermoiements si précieux, traînant leurs silhouettes sous le jour naissant paresseusement derrière l’horizon bleuté. Les flots si proches sont inaudibles. Déjà les rayons du soleil éblouissent les rivages, obligeant à plisser les yeux pour profiter du tableau idyllique.

Sidi Bou Saïd 641Sidi Bou Saïd 646

Alors on tourne le dos à l’immensité pure. Le lieu éclate avec violence dans toute sa blancheur, résonance de cette mer parfaite dont l’écume serait venue éclabousser les murs des maisons. Ces dernières, angulaires à souhait, résonnent des pas andalous qui ont envoûté la cité autrefois.

Sidi Bou Saïd 628Sidi Bou Saïd 209

Comment pourtant oublier la présence de la mer, quand portes et fenêtres affichent des bleus intenses dans lesquels se sont plongés tant de regards. Il n’est guère besoin d’illuminations pour que la petite cité se révèle pleinement, en toute clarté, à l’appréciation des chercheurs de quiétude. Mi mozarabe, mi andalouse, la belle rayonne sans effort, jouissant avec ardeur de ses origines méditerranéennes aux doux accents.

Sidi Bou Saïd 190Sidi Bou Saïd 630

Ici, les accords imparfaits se conjuguent à la perfection. Aux bleus incandescents se joignent les jaunes expressifs dans les blancs chastes ; ensemble, ils forment un triptyque de lumière. Le concert éclatant se colore des milles couleurs des bougainvilliers qui longent les façades avec malice, se glissant, au gré de la pierre, dans les recoins les plus incertains. Ces massifs rose et vert apportent une intonation végétale aux ruelles entrelacées. Non contents de décorer les murs immaculés, les bougainvilliers se répandent en pétales roses, rouges et pourpres sur les pavés clairs.

Sidi Bou Saïd 645Sidi Bou Saïd 649

Des murs blancs aux fleurs flamboyantes, des corolles délicates aux portes océanes, l’on suit un cheminement poétique aux couleurs multiples et gaies. Arrivé aux portes, le regard se fait interrogateur, charmé, flâneur. Sur un air d’écumes lancinantes, et par delà les eaux calmes des bois peints, d’étranges traits de fer racontent des histoires de famille dans un alphabet inconnu. Croissants et étoiles s’enchevêtrent au-dessus des arcs outrepassés, le tout entre des mosaïques riches en détails.

Sidi Bou Saïd 629Sidi Bou Saïd 634

Sur ces côtes africaines, le soleil irradie la terre et fait jaillir l’éclat des ports désormais calmes. Sidi Bou Saïd musarde là, miroir idéal des rayons célestes. Tandis que les maisons blanches se marient avec délice avec la mer azur, des roses, des jaunes, des rouges s’invitent dans la danse ; l’arc-en-ciel peut déployer ses ailes resplendissantes et briller encore, à jamais peut-être, dans les esprits romantiques.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LM Voyager
  • : Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
  • Contact

Recherche

Liens